Suivre
Facebook Twitter Linkedin Instagram YouTube Pinterest Tumblr Soundcloud

L’intrication quantique dans la Matrice, un souvenir immortel

L’intrication quantique dans la Matrice | Christelle Firework

Que voyons-nous ? une simple individualité qui décide de son sort et imagine son futur… Tout cela est faux, de gré ou de force, nous sommes intriqués, et c’est cette intrication quantique qui permet la Cohérence, car sinon comment pourrions-nous discerner passé, présent et futur ?

Notre monde ne serait plus cohérent sans cette intrication quantique de tous nos doubles …! Ce qui en réalité est incohérent, c’est cet acharnement à croire que nous seuls décidons de ce que nous réalisons… Car si il y a intrication quantique c’est qu’à un moment il y a eu séparation. Cependant à l’origine tous ces doubles sont UN… Cette mémoire de l’Origine est le souvenir immortel qui réside dans un Futur fait de tous le potentiels…

En 1997, les journaux scientifiques du monde entier ont publié le compte rendu de quelque chose qui, selon les scientifiques traditionnels, n’aurait jamais dû se produire.

Une expérience effectuée à l’Université de Genève, en Suisse, sur la matière de notre monde, soit les particules de lumière appelées photons. Les résultats continuent d’ébranler les fondements de la sagesse conventionnelle, fut rapportée à plus de 3 400 journalistes, éducateurs, scientifiques et ingénieurs de plus de 40 pays.

Spécifiquement, les scientifiques ont séparé un photon en deux particules, créant ainsi des « jumelles » aux propriétés identiques. Utilisant ensuite un équipement développé pour cette expérience, ils ont propulsé les deux particules dans des directions opposées.

Les jumelles furent placées dans une chambre conçue spécialement pour l’expérience. Comportant deux voies de fibre optique semblables à celles qui transmettent les appels téléphoniques, s’étendant sur une distance de 11 kilomètres dans des directions opposées. Quand les jumelles eurent atteint leur destination, elles étaient donc séparées par une distance de 22 kilomètres.

Au bout de leur trajet, elles furent forcées de « choisir » entre deux routes parfaitement identiques.

Ce qui fait l’intérêt de cette expérience, c’est que lorsque les particules jumelles eurent atteint l’endroit où elles devaient suivre une route ou l’autre, elles ont fait toutes les deux le même choix, franchissant le même trajet chaque fois. Et ces résultats furent identiques chaque fois que l’expérience fut reproduite. À l’encontre du sens commun qui voudrait que les jumelles soient séparées et ne communiquent pas entre elles, celles-ci se comportent comme si elles étaient toujours connectées ensemble !

Les physiciens qualifient cette mystérieuse connexion d’« intrication quantique »

Le directeur du projet, Nicolas Gisin, explique ceci : « Ce qui est fascinant, c’est que les photons intriqués for-ment un seul et même objet. Même quand les photons jumeaux sont séparés géographiquement, chacun subit automatiquement la modification effectuée sur l’autre. » Historiquement, absolument rien en physique traditionnelle n’explique ce que ces expériences ont démontré. Pourtant, le phénomène s’est reproduit plusieurs fois au cours d’expériences semblables à celles de Gisin.

Le docteur Raymond Chiao, de l’université de Californie à Berkeley, décrit les résultats des expériences de Genève comme « l’un des plus profonds mystères de la mécanique quantique. Ces connexions sont un fait de la nature démontré expérimentalement, mais il est très difficile de les expliquer philosophiquement ».

La raison pour laquelle ces recherches sont importantes pour nous, c’est que l’on croit communément que les photons ne peuvent communiquer entre eux et que leurs choix sont indépendants.

Nous croyons que lorsque des objets physiques de ce monde sont séparés, ils sont réellement séparés dans tous les sens du terme. Les photons nous montrent cependant que ce n’est pas le cas.

En commentant ce genre de phénomène longtemps avant que soient effectuées ces expériences de 1997, Albert Einstein nomma « action fantôme à distance » la possibilité de tels résultats.

Aujourd’hui, les scientifiques croient que ces phénomènes inhabituels résultent de propriétés qui surviennent uniquement dans le domaine quantique et ils les reconnaissent comme de la « bizarrerie quantique ». La connexion entre les photons était si parfaite qu’elle paraissait instantanée. Une fois reconnu à la très petite échelle photonique, le même phénomène fut observé subséquemment en d’autres endroits de la nature, même dans des galaxies séparées par des années lumière.

« En principe, selon Gisin, que la corrélation entre les particules jumelles se produise quand celles-ci sont séparées par Qu’y-a-t-il dans l’espace vide ? quelques mètres ou par l’univers entier ne devrait faire aucune différence. » Pourquoi ?

Qu’est-ce qui connecte deux particules de lumière ou deux galaxies au point qu’un changement qui survient dans l’une survient simultanément dans l’autre ? Qu’est-ce que cela nous démontre sur le fonctionnement de l’univers que nous n’avions pas perçu dans les expériences précédentes ?

Les expériences semblent indiquer que, quel que soit l’espace séparant deux objets, ceux-ci restent toujours connectés s’ils ont déjà été unis.

Nous avons toutes les raisons de croire que l’état d’intrication quantique qui lie les particules que l’on sépare aujourd’hui s’applique également au matériau dont est fait notre univers et qui était uni avant le big-bang. Techniquement, tout ce qui était fusionné en ce cosmos de la taille d’un pois, il y a de 13 à 20 milliards d’années. Comment pouvons-nous être certains que tout ce qui existe dans l’univers est réellement interconnecté ?

Dans le cas de l’expérience, la séparation d’un photon en deux particules identiques a créé les jumelles afin de s’assurer que les deux particules soient parfaitement identiques. Le fait que les photons et les particules du bigbang étaient auparavant physiquement liés explique leur connectivité.

Il semble que les choses qui ont déjà été unies demeurent toujours connectées entre elles, qu’elles soient physiquement unies ou non. est toujours interconnecté !

Et l’énergie qui effectue cette connexion est ce que Planck appelait la « matrice » de toutes choses.

Aujourd’hui, la science moderne la décrit comme une forme d’énergie qui a toujours été présente partout depuis le big-bang du début des temps. L’existence de ce champ implique trois principes ayant une influence directe sur notre vie, nos actions, nos croyances et même sur ce que nous ressentons au quotidien. Il est vrai que ces idées sont en parfaite contradiction avec plusieurs croyances scientifiques et spirituelles établies.

En même temps, toutefois, ce sont justement ces principes qui nous procurent une vision émancipatrice du monde et de la vie. Selon Gregg Braden. Il existe un lieu où commencent toutes choses, un endroit de pure énergie qui simplement est. Dans cet incubateur quantique de la réalité, tout est possible.

En 1944 Max Planck, le père de physique quantique, a étonné le monde en disant que cette “matrice” était le lieu d’origine des étoiles, de l’ADN, et de tout ce qui existe.

Des découvertes récentes fournissent la preuve indéniable que la matrice évoquée par Planck – la Divine Matrice – existe réellement. Serait-ce là le chainon manquant à notre connaissance, celui qui forme le contenant de l’univers, le pont entre notre imagination, et notre réalité, et le miroir, dans notre monde, de ce que nous créons par nos croyances ?

1. Le premier principe indique que toutes choses sont interconnectées parce que tout existe à l’intérieur de la Matrice. Si c’est le cas, ce que nous faisons dans une partie de notre vie doit avoir une influence sur les autres parties.
2. Le deuxième principe affirme que la Matrice est holographique. Cela signifie que toute portion du champ contient tout ce qui existe dans le champ.
3 Le troisième principe part du fait que le passé, le présent et le futur sont intimement liés. La Matrice semble être le contenant du temps. Procurant la continuité entre nos choix présents et nos expériences futures…

Gregg Braden dans ” La Divine Matrice”